Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

          Il n’avait pas fêté son quinzième anniversaire et il était le plus jeune lauréat. En toute partialité, qui évaluerait mal cette composition, malgré la discordance des temps ? Le Renaudot a bien consacré un pavé inondé d’accumulations faciles dans quoi barbotte ce type de souillure : « Tout se moquait que je vienne au monde, mais tout se mettait simultanément en branle pour que je ne pusse pas ne pas y venir. », Naissance, chapitre 3, de Yann Moix, le genre à importuner les confrères avec instance, s’il déniche chez eux quelque frasque de subjonctif, lui qui dessert son écriture automatique avec des nourrissons qui fixent leur mère droit dans les yeux, chapitre 14, ou avec un crâne qui réapparaît derechef, s’amusant donc à Chass’taupes dans l’utérus de sa génitrice, chapitre 20… No comment, à la Gainsbourg.

       Sans un Bruit vogue en effet à des années de lumière du chef-d’œuvre, Flaubert eût gratté mieux en 1831, même dans l’impatience de recevoir une casse de sa mère grand, mais expertisons la sonorité et le rythme ; — le classement dans les chansons ne nous aura pas médusé. En fait, c’est mignon, voilà le mot ! Non dans l’acception de l’hypocrite « Je le trouve mignon » que nous repartons aux amies à leur impudique « Alors, tu le trouves comment ? » quand elles nous désignent un nouveau conjoint qui ne ressemble à rien, non, mignon en tant qu’intersection de charmant, chou, gentil et frais, voisin de l’hypocoristique kawaï japonais.

       

       Mon affectuosité suborne mon jugement ? Quand on a été élevée par une adoratrice de Gone with the Wind, de the Sound of Music ou encore de the King and I, difficile de ne pas adhérer au sentimentalisme niais que les littérateurs contemporains véhiculent. Entre dix et quatorze ans, sous la férule de cette propension à la contradiction spécifique à l’âge, je dénigrais ces technicolors pour agacer maman, laquelle claironnait sans chanceler « fiddle-dee-dee », avec un décalque très approximatif de la morgue de Vivien Leigh. Combien m’a-t-elle assommée, cette réplique obtuse, hautaine et prégnante ! Même aujourd’hui, lors des sempiternelles disputes avec papa, elle en mésuse et, si la bière l’imbibe, éminemment. Je n’attaque bien sûr plus son cinéma depuis des lustres, j’ai mûri : mes assauts se nourrissaient d’un intérêt personnel pour ces classiques dont les héroïnes m’ont toujours fascinée : les détester m’éloignait de maman. Revenons à notre songe-creux.

 

        Dopé par une amertume fabriquée par l’immaturité — ainsi que la bassesse augmente la rancune —, il s’exerça sans rémission à emperler son style tout en thésaurisant les lectures, de la chanson de geste aux calligrammes, du Parnasse au romantisme, du symbolisme au dadaïsme, de l’Art Poétique aux Cent mille milliards de poèmes, préfaces, propédeutiques, postfaces, paralipomènes inclus, sans faire litière des essais, traités, précis théoriques divers, avec une admiration exacerbée pour le Groupe µ.

 

       Si les pièces magistrales le délectèrent, s’il s’inébria par-delà toute attente de vanner, décortiquer, anatomiser Villon, Corbière, Desbordes-Valmore, Villiers de l’Isle-Adam, Nerval, Lautréamont, et cætera, rien ni nul ne lui enseigna à amadouer la Poésie, avec une majuscule de déférence pour cette entité concomitamment structuration rationnelle et égérie métaphysique. Et hors de question de plagier les techniques du Prince des Poètes, de la Cigogne-Larmoyante, du Funèbre-Échalas-Vert, du Gandin-Sans-Chemise-Intellectuelle, de l’Hippopotame-des-Jungles-Infernales, du Prince des Charognes par une imitation à la Kakashi sensei, le copy ninja, non ! S’éparpiller dans la contrefaçon, ne se minimât-elle qu’à une résonance allusionnelle, eût ruiné ses contentions cérébrales : les plus virtuoses époux morganatiques d’Érato la flattent dans des lits toujours avant-gardistes, où, sous les draps, requérant le cri final, le génie flirte avec le plaisir dans des vertiges sans concurrence. Comment haranguer la Muse lointaine, vamper à son tour cette sensitive ? Comment dénicher une couche vierge et à nulle autre seconde ? À ces comment se substitua peu à peu une intuition : les interrogations avortent l’effluve de la grâce et, avant l’acte, il faut savoir de quoi disserter, pour quoi l’écrire et sous quelle forme. Lors, tel l’ascète à la poursuite du troisième œil, il se racrapota.

 

Chantal Lemaître, La Cabale des Navets, texte sous copyright, tous droits réservés.

 

 

Page suivante : ICI

 

Chapitre précédent : ICI

 

 

http://www.slevich.com

 

rejoignez-nous sur facebook 

 

@slevichou

 

La suite du récit en avant-première ? Abonnez-vous !

En haut, à droite : S'abonner

 
Tag(s) : #Le Récit

Partager cet article

Repost 0