Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

    

      Après avoir épuisé tout autre sujet, si mon cerveau malade s’abandonne à la lucidité théologique, s’il se met, au hasard d’une circonlocution neuronale, à penser à toi avec sérieux, mon amour, une charmante allégorie s’esquisse : une côte, comme la faim aiguillonne l’esprit à s’obnubiler sur l’image d’une côte de bœuf. Au détour de quelques salacités, je rehausse la toile en y dévorant deux cuisses de grenouilles qui, une fois rongées jusqu’à l’os, iront se dessècher sur le bord de l’assiette, jalousant les deux nouvelles dignes de ma bouche : quoi de plus naturel que de préférer la chair fraîche ?

    Vu que la stricte observance des tendances prescrit de parler végétaux dans le moindre topo alimentaire, je pèse tes poires, les mord ci et là, une lorgnade tâtant les melons de la voisine. Que la rancune ne te dissipe pas : la teneur en vitamines d’un fruit est directement proportionnelle à sa masse volumique. Cesse d’écarquiller les yeux comme Nabila devant De Groodt, je traduis : plus le fruit est gros, plus il y a de vitamines. D’ailleurs, nous devrions l’inviter un de ces soirs, la voisine : tes deux poires, ses deux melons et ma carotte : cinq fruits et légumes, la sustentation idéale.

    Et voilà, tu t’abîmes encore dans la belle salade de l’égalité. Je te signale que le sexe faible, car c’est ainsi qu’on le nomme toujours, s’efface même au détours d’une règle grammaticale : si nous causons d’hommes et de femmes, nous causons toujours d’eux.

   Enfin, n’insiste plus pour que je goûte à ton bouillon quotidien : vaisselle, lessive, dépoussiérage, et cetera. Je ne voudrais surtout pas t’empêcher de garder la ligne. Je te donne une indigestion ? Je serai bon Prince : va faire la crêpe sur la plage, cela te reposera. Cette évocation de crêpe m'inspire : le courage avec lequel tu t’astreins à ton régime mérite bien une récompense : je vais te consacrer une journée entière. Vrai de vrai : on a bien inventé la Chandeleur.

    Sous les revendications féministes, nous offrons le huit mars, comme on donne un sucre au chien pour qu’il cesse d’aboyer. - miaou !

 

Le Raminagrobis.

 

www.slevich.com

Rejoignez-nous sur Facebook

Ou Twitter : @slevichou

Pour ne rien rater du Raminagrobis, abonnez-vous ! En haut, à droite : S'abonner.

 

 

 

Tag(s) : #L’Œil du Chat

Partager cet article

Repost 0