Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Nous aimons épaissir l’attente, la surfaire,

Comme vanter l’amé si la mort le produit,

Et détirons le temps, s’offrant un sauf-conduit

Pour cette géhenne où chaque vent est affaire.

 

Dessus tous les tic-tac, l’œillade prolifère,

Flanque la patience au fond de leur réduit,

Tombeaux se succédant tel un cortège enduit

D'afflictions prout-prout, Soi comme crucifère.

 

L’autre demi-regard préfère l’inconnu,

Examine un bassin, se le figure nu

Ou blâme la hideur d’un clochard qui quémande ;

 

Et nous reprocherons les plus minces retards

Sur le nom du respect, grande pompe normande,

Quand nous traînons la vie au train de nos pétards.

 

 

Chvéïk, Manuscrits Rejetés par la Mer, recueil sous copyright, tous droits réservés.

 

Manuscrit suivant : ICI

 

Manuscrit précédent : ICI

 

http://www.slevich.com

 

rejoignez-nous sur facebook

 

@slevichou

 

Tag(s) : #Manuscrits Rejetés par la Mer

Partager cet article

Repost 0