Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Éthan n’est pas surpris d’un bit que j’aie reconnu the Poet-Poet malgré le rafraîchissement de sa coupe, cet utilisateur à la raison désinitialisée ayant bombardé la chronique. Il m’explique que cette architecture risquée de textures 3D dégénérées les a consultés à propos de son troisième recueil, volé sur son nuage avant d’avoir été supprimé, comme si son paquet de vers même patched valait d’occuper ne serait-ce qu’un cluster. Au fil de leur discussion, la trame s’est implémentée d’un pari sur l’incrémentation de l’Art, Chvéïk ne concevant qu’Éthan pût programmer une intelligence artificielle apte à lister des poésies rendant celles des illustres Poètes plus indésirables qu’un crènelage. Dès le système expert en place, le cacographe s’est incrusté, son unité centrale toute retournée devant la machine aux exécutions supérieures.

Je reviens sus à mes moutons ; Éthan campe sur ses algorithmes, m’arrose comme les pirates écumant le Net, m’ordonnant de rentrer jouer à la souris avec mon raminagrobis plutôt qu’avec une entité étrange. Môssieur Minou me manque, un euphémisme — j’en ai gros sur la patate —, mais comment abandonner Marie-Françoise, Claude et Remington à leur sort ? Au reste, ce nerd ne me conseille-t-il pas, pour éluder les hypothèses heuristiques, de partitionner ma peau et d’en dégrouper mon tégument professoral en faveur d’une détermination sans brouillage des meilleures liaisons ?

De ses arguments bariolés du mot-dièse impertinence ressortent de certaines lucidités ; j’avoue volontiers que la fuite présumée de Claude ne m’a pas déplu, que rien ne me lie à Marie-Françoise ni à Remington, que du contraire ! L’oubli… le remède anodin de l’existence… Puis, quel insensé se mesurerait à une organisation dont la puissance frôle une prépotence surnaturelle ?

 

— Vous avez peur ? C’est cela ?

— Votre aheurie hilarothanatogène (incapacité au bonheur désopilant à l’extrême) setupe une pénémétrie granonatriofère (appréciation au pif qui apporte son grain de sel). Peur, nous ? Quel topic aussi magdalenolachrymal (très triste) que péripatétiglotte (médisant).

— Alors quoi ? C’est l’argent ?

— Poutrer des PK se révèle pelliculopyge (extrêmement onéreux)...

— Pelliculopyge, pelliculopyge !

— Seigneur, si c’est d’argent dont il est question, facturez-moi le tout, ma concentration, se dissipe aux tintouins de votre oiseuse escrime. Laissez-moi célébrer la fabuleuse rime que cet ordinateur vient d’offrir sans effort ? Ah, sacrilège, horreur, oui, je sais que j’ai tort…, tonne Chvéïk.

— Voilà, il règle pour moi !

— Cet abutyrotomofilogène (personne qui n’a pas inventé le fil à couper le beurre) enclin à la bipolarité spamme sans avoir suivi le thread.

— Vous ne comploteriez pas avec les ravisseurs ? Vous vous ingéniez pour me dissuader, vous…

Éthan pèse la maintenabilité de l’affaire, cède à un multiplexage en bonne foi, displaye que l’assistance des NeetInvestigators ne durera qu’une heure ou deux, délai moyen pour inputer un maximum d’informations des tréfonds et des confins de l’anneau des Gingelom ; il me les transmettra sélectivement et sans modération avec un tutoriel d’exploitation, la prestation de service aux frais de Sieur Chvéïk puisqu’il s’est généreusement proposé. Qui plus est, Éthan m’oblige de promettre d’acheminer le rimailleur dans mon voisinage, pour l’équité, car, d’après lui, sans ironie aucune, toutes les corrélations de ce monde sublunaire, périphériques tributaires de la sorcière Yûko Ichihara, sont couplées à des contreparties ; — à prendre ou à laisser.

 

— À laisser, à laisser !

J’acquiesce, mes options moins nombreuses que les catégories d’un pixel. Cet adulescent-là ne s’investira pas davantage, mais peut-être me gratifiera-t-il d’une piste sérieuse, dussé-je devoir supporter the Poet-Poet, ce pseudo-versificateur qui ne débite que des alexandrins… un excentrique, oui ! À croire, ô calamité ! que je n’attrais que des bafouilleurs. Enfin, positivons : je ne vagabonderai plus sans acolyte. Fi du dicton, notre factum, à nous les côtes d’Adam, est d’être mal accompagnées — faute de quoi plus un couple ne se formerait — ; et, avec l’expérience, quitte à nous en accommoder, nous avons appris à en tirer le meilleur parti, bien que cela ne soit pas gagné avec un énergumène rivé au savoir-faire d’une I.A.

 

Chantal Lemaître, La Cabale des Navets, texte sous copyright, tous droits réservés.

 

Page suivante : ICI

 

Chapitre précédent : ICI

 

 

http://www.slevich.com

 

rejoignez-nous sur facebook 

 

@slevichou

 

La suite du récit en avant-première ? Abonnez-vous !

En haut, à droite : S'abonner

Tag(s) : #Le Récit

Partager cet article

Repost 0