Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

... Cette gamine ne m’agace pas vraiment ; juste que sa façon de s’exprimer ne me plaît pas du tout. En des circonstances mieux favorables, je m’en récréerais… Les chats effilés qui pendeloquent à ses boucles d’oreille ne t’adoucissent-ils, Chantal ? Se moque-t-elle de moi délibérément ? Joue-t-elle ? Je ne croirai pas qu’elle souffre d’un trouble verbal, sa manie bien différente de celle de Remington ou de toutes celles que j’ai pu observer.

L’adolescente resurgit ; d’un signe, elle m’invite à la rejoindre. Je traverse un corridor restreint, où j’enjambe des entrelacs de câbles, et aboutis dans un vaste espace surchargé d’écrans aux dimensions variées. Des matelas tapissent le sol dans l’anarchie ; sur certains, des claviers traînent, sur d’autres, des récipients de nouilles instantanées, des sachets de chips, des canettes, des bouteilles d’eau.

Au fond de la pièce, un individu coiffé de tresses similaires à celles des jumeaux ninjas rastafaris de Matrix Reloaded se lamente, affaissé devant un moniteur. L’espèce de Misa Amane (personnage de Death Note) s’appuie sur ses épaules, l’examine, s’enjoue. Au centre, un dos beaucoup moins large se dresse, celui d’un gringalet assis en tailleur, habillé d’un jean bleu marine et d’un col roulé bordeaux ; il manie une souris avec frénésie. Pour l’aborder, je toussote. Deux fois. Il s’interrompt, me dévisage, ne décroise pas ses mollets, me demande de m’installer face à lui et je suis bêtement heureuse qu’il m’adresse la parole, si heureuse que je ne prête aucune attention à sa jeunesse — Éthan, ainsi se prénomme-t-il, ne doit pas avoir fêté sa vingtième année.

Nous bavardons un temps appréciable durant lequel je narre mes tribulations avec minutie ; je n’omets que ma phobie laxative. Lui, après avoir jugulé mon enthousiasme avec un emploi présomptueux du pluriel de majesté, prétend qu’il se doutait, à ses derniers appels sans réponse, qu’un malheur s’était abattu sur Remington. Ensuite, il confirme aussi que Marie-Françoise de Gingelom ou Mme Piers n’est jamais née si nous nous fions aux bases de données relatives à la population du pays. En conclusion, il me sait un gré infini de m’être déplacée et d’avoir fourni les renseignements nécessaires au classement de l’affaire. C’est classé, c’est classé ! Sans me formaliser des incongruités de sa cadette, Chloé, laquelle se distrait à présent avec Tora, un chaton roux tigré, je m’indigne :

— Comment cela, l’affaire est classée ? Ai-je raté un épisode ?  

— No user no root, no root no boot, déduisons-nous, une mise à jour, inthalassopotable (facile) même pour un bradycéphale (cerveau lent).

— Bradycéphale, bradycéphale, surenchérit Chloé.

— Écoutez : une femme a été littéralement effacée jusque dans la mémoire des gens, deux hommes ont été enlevés et je suis traquée… Votre commanditaire disparu, vous  restez les bras croisés et méprisez le monde ?

— En toute objectivité, biauriculosomniaquez (dormez sur vos deux oreilles) : que vous ramiez ne prouve point que des followers cherchent un chemin d’accès pour vous heptauranoboler (envoyer au septième ciel). Lorsque les podoclastes (casse-pieds) Willems et Thonnard ont uppé le topic Marie-Françoise dans votre propre forum domestique, n’ont-ils shutdown sans troller ? Ne dodecaquadrodecaquestons pas (ne cherchons pas midi à quatorze heures) : vous n’étiez qu’une sorte d’IHM et non l’objet du hameçonnage, sans vouloir LOL votre egobésité (hypertrophie du Moi). Vous n’avez glacocycliqué (connu des difficultés) que linkée à Monsieur Piers. L’alburostre ambisenestre (le blanc-bec maladroit de chaque main) kické IRL, freeze céphalocaptations (prises de tête), kikoo rhodobioscopie (faculté de voir la vie en rose) !

— Et ma mémoire ? Vous ne pensez pas qu’ils vont vouloir l’altérer ?

— Pourquoi saturer de la sorte votre mémoire système avec cette quintessence du piperonatriohirsutisme (charme de la quarantaine) ? Videz votre cache des applications Piers, votre système s’en stabilisera : selon votre cacoglotte buccogallipyge (mauvaise langue dont la bouche est en cul de poule) qui clavarde en nécroglotte (langue morte) et nous infecte d’une céphalée, cela n’a pas corrompu le mobo de son avocat ni du firewall funèbre de Laeken. Nous ne considérons donc pas cacohématofique (inquiétant) ce téléversement.

— Téléversement, téléversement !

— Et vous trouvez ça bien ?

— Le bien, le mal… cela apanivore (ne mange pas de pain)… deux octets mal zippés, anourocéphales (sans queue ni tête) et capillotractés (tirés par les cheveux).

— Capillotractés, capillotractés !

— Vous êtes infernal, Éthan. Vous n’interviendrez pas ? Ni pour moi, ni pour les Piers, ni même pour votre collègue et ami Remington ?

— Quelle herpétophage (naïve) : le P2P ne lie pas d’amitié tous ses utilisateurs. Nous sommes une SSLL et l’épicéphalocélestimonophobe areno-lusitanien (gaulois dur d’oreille) n’est qu’un client. À son FTBFS, il a go brain shop jusqu’à nous, ne nous mergez pas avec les RSSI ou les stratocumulocéphales (rêveurs) colombophiles cyberludothanatomanes (fans de Colombo et adeptes de DOOM).

— Cyberludothanatomanes, cyberludothanatomanes !

— Vous vous défilez… Et pourquoi gémit-il celui-là ? m’énervé-je soudain sur l’inconnu aux rastas, frustrée de me contenir vis-à-vis d’Éthan et Chloé. Il pleure ou il rit ?

— Inutile de flooder sur ce rhinophage plomboclaste (querelleur qui pète les plombs) qui s’offusque qu’une I.A. overclocke la création humaine, DLL artistiques comprises.

— Impossible, monsieur, vous mentez : c’est truqué. Je ne souffle céans que d’avoir paniqué.

— Ne serait-ce pas Chvéïk ?

...

 

 

Notes : si vous ne comprenez pas le jargon informatique ou geek, pourtant très vivant de nos jours, STFW ! Google est votre ami ! Tous les mots que j'ai pris la peine de définir entre parenthèses appartiennent au xyloglotte : page officielle de défense et illustration de la langue xyloglotte.

 

Chantal Lemaître, La Cabale des Navets, texte sous copyright, tous droits réservés.

 

Page suivante : ICI

 

Chapitre précédent : ICI

 

 

http://www.slevich.com

 

rejoignez-nous sur facebook 

 

@slevichou

 

La suite du récit en avant-première ? Abonnez-vous !

En haut, à droite : S'abonner

Tag(s) : #Le Récit

Partager cet article

Repost 0