Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compter ? J’observe de la terreur dans vos yeux. Rassurez-vous, c'est moins pénible que les tables de multiplication que vous ne connaissez plus. En poésie classique, il suffit de savoir compter jusqu’à treize, bien que le vers de treize syllabes soit rare, comme celui d’une. J’insiste au passage sur le mot syllabe, miaou ! En versification française, on ne parle pas de pied, terme que nous abandonnerons aux Poètes de l’Antiquité ou à des gens tels que Grands Corps Malade qui pensent écrire des vers (ONPC du 24 octobre 2015). Si vous n’avez pas assez de vos doigts, je vous rappelle que vous disposez aussi d’orteils.

 

Pour introduire la théorie, analysons cette strophe :

 

Le Raminagrobis n’est pas qu’un beau minet :

Il peut vous composer un excellent sonnet.

Ce magnifique chat, parmi les plus modestes,

Peut écrire un bon texte en trois ou quatre gestes.

 

 

Nous sommes en présence d'alexandrins, c’est-à-dire des vers de douze syllabes. Vraiment ?

 

Le-Ra-mi-na-gro-bis-n’est-pas-qu’un-beau-mi-net : = 12

Il-peut-vous-composer-un-ex-cel-lent-son-net. = 12

Ce-ma-gni-fi-que-chat,-par-mi-les-plus-mo-des-tes, = 13

Peut-é-cri-re-un-bon-tex-te-en-trois-ou-qua-tre-ges-tes. = 15

 

Si nous prononçons chaque syllabe, vous constaterez que les troisième et quatrième vers en comptent respectivement 13 et 15. En réalité, ce compte méthodique ne s’applique pas à la poésie classique où deux règles interviennent :

 

1) En fin de vers, le schwa, suivi ou non de la marque du pluriel, ne se prononce pas ! Donc modestes compte pour deux syllabes et gestes pour une seule.

2) Tout schwa suivi d’une voyelle subit l’élision, c’est-à-dire qu’il ne se prononce pas, avalé par la voyelle qui le suit. Ainsi, écrire un se prononce écrir’un et ne compte que pour trois syllabes et non quatre. De même pour texte en trois qui se lit text’en trois

Cette règle sous-entend que si le schwa est suivi d’une consonne, il compte pour une syllabe (sauf en fin de vers, voir la règle 1) : magnifique chat = 5 syllabes.

Enfin, elle correspond à une certaine réalité. L’amuïssement du schwa se fait toujours devant une voyelle dans le langage courant : elle est prête à se prononce ellest prêta. Même dans la grammaire de base : le arbre n’est pas français, mais l’arbre, oui.

 

Comme exercice, compter le nombre de syllabes dans les vers suivants :

 

1)   Titi gagne toujours, mais c’est du cinéma !

2)   Je cherche dans ton cœur le bonheur impossible.

3)   La joie et le bonheur sont des sentiments bien nobles.

4)   Griffe du chat vaut plus que patte du cabot.

5)   L’œil du chat fait chanter le mensonge.

6)   Pour qui sont ces chatons qui ronronnent ?

7)   Le minet prend toujours soin de son pelage.

8)   Le soleil décline au loin.

9)   Venez lire Minou : c’est le plus grand philosophe !

10) Sortez, vous et votre infamie !

 

Réponses – j’espère que vous avez obtenu les résultats suivants :

 

1)  Ti-ti-ga-gne-tou-jours,-mais-c’est-du-ci-né-ma ! = 12

2)  Je-cher-che-dans-ton-cœur-un-bon-heur-im-pos-sible. = 12

3)  La-joie-et-le-bon-heur-sont-des-sen-ti-ments-bien-nobles. = 13

4)  Grif-fe-du-chat-vaut-plus-que-pat-te-du-ca-bot. = 12

5)  L’œil-du-chat-fait-chan-ter-le-men-songe. = 9

6)  Pour-qui-sont-ces-cha-tons-qui-ron-ronnent ? = 9

7)  Le-mi-net-prend-tou-jours-soin-de-son-pe-lage. = 11

8)  Le-so-leil-dé-cli-ne au-loin. = 7

9)  Ve-nez-li-re-Mi-nou-c’est-le-plus-grand-phi-lo-sophe ! = 13

10) Sor-tez,-vous-et-vo-tre in-fa-mie ! = 8

 

Les vers ont été choisis de manière à illustrer la théorie approchée. À savoir que d’autres règles entrent en considération pour le comptage des syllabes ; nous les aborderons plus tard. Si vous avez des questions, mettez un commentaire, j’y répondrai, miaou !

 

Le Raminagrobis.

 

www.slevich.com

 

Rejoignez-nous sur Facebook

 

 

Ou Twitter : @slevichou

 

Pour ne rien rater du Raminagrobis, abonnez-vous ! En haut, à droite : S'abonner.

Tag(s) : #Versifier avec MM

Partager cet article

Repost 0