Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Sentir battre l’amour sur chaque pleur versé

Quand chaque pleur se veut canine qui s’allonge

Dans la gueule sans fin du regret où me ronge

Les derniers geignements de mon cœur dépecé,

 

Nourrir de mon cafard la vorace araignée

Qui tisse les soupirs sur le plafond Chagrin ;

Affamé, le Remord dévore, souverain,

Les insectes raisons de ma tête saignée,

 

Suspendre ma carcasse au crochet d’un instant,

Me laisser dessécher, la peine fermentant,

Pour repaître le ver de la désespérance…

 

Et me consumer l’âme aux affres en convois,

Qu’elle se décompose en ombres d’existence !

Sur les cendres, sceller mon prénom sur ta voix.

 

 

Chvéïk, Manuscrits Rejetés par la Mer, recueil sous copyright, tous droits réservés.

 

http://www.slevich.com

 

rejoignez-nous sur facebook : https://www.facebook.com/La-Cabale-des-Navets-584732468327236/?ref=hl

 

ou twitter : @slevichou

 

Tag(s) : #Manuscrits Rejetés par la Mer

Partager cet article

Repost 0