Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ma maîtresse — n’y voyez aucune subordination, juste de la condescendance —, thésaurise les comportements fâcheux. Par exemple, elle parcourt La Vie de saint Alexis, Gargantua ou Candide au même titre que Closer, Elle ou Le Monde diplomatique. Jusqu’ici, il n’y a pas de quoi fouetter un chien, certes, mais cette accoutumance à la lecture indifférenciée jette le cabot dans mes pattes quand Chantal tombe sur ce que j’intitule trivialement Les Trois Putes : les prétendues conclusions de prétendues études de prétendues universités.

Depuis plusieurs lustres, des travaux sur tout et n’importe quoi foisonnent, en particulier sur Internet où s’exacerbe cette impression que les êtres humains cadencent leur existence au rythme de leurs J’aime et ce, avec l’illusion de nager serein dans les tsunamis d’informations qui, en réalité, les submergent.

Chantal ne fait pas exception et prend toujours pour croquettes comptantes les balourdises rapportées afin de confiner son espèce dans une expectation permanente de sécurisation, voie de l’immobilisme bien arrangeante pour les politiciens, non, davantage pour ceux qui détiennent vraiment le pouvoir...

Il paraît toujours un article pour rassurer untel de sa maigreur, untel de son obésité et même tranquilliser celui qui affiche un épanouissement opiniâtre de ne pas connaître la misère : durant des années, on a conditionné le peuple à se créer des besoins, maintenant on le conditionne à se créer des comportements. Bientôt, on lui dictera aussi sa pensée ou plutôt, on y arrive : voilà Chantal qui éloigne mon bol d’eau de ma gamelle et le pose dans le salon. Elle en sort même un second pour la chambre. Pourquoi ? Des charlatans ont conclu, d’on ne sait quelles recherches d’une profondeur abyssale, que mes congénères préfèrent boire à une source éloignée de leur nourriture au prétexte qu’ils craindraient de s’empoisonner si la nourriture tombait dans l’eau.

Me sanctionne-t-on parce que les chats de gouttière manquent d’éducation ? Je me rassasie avec manières, moi, et apprécie pouvoir me désaltérer sans devoir parcourir des mètres d’autant plus lorsqu’une croquette entrave mon œsophage. Quand Chantal mange sa pizza quatre saisons, je ne m’amuse pas, moi, à déplacer son soda dans la pièce voisine !

Et elle est têtue, notre enseignante : elle ne comprend pas que je renverse exprès les deux bols, que j’y jette mes vibrisses, des moutons ou ses cheveux pour qu’elle se rende compte de l’absurdité de son geste. À bout de patience, je vais jusqu’à régurgiter dedans, mais rien n’y fait : Chantal me change l’eau, sans plainte, convaincue d’agir pour mon bien. Pour les vomissures, j’ai même droit à de la compassion et des chatteries dont je me passerais bien : ces humains, ils déposent leurs mains n’importe où et ils se permettent de nous caresser sans les avoir lavées – pis, ils les lavent après ! Bien entendu, nulle fruition, de la colère plutôt : c’est toujours lorsque nous venons de finir notre toilette, nous obligeant à la réitérer ! — À leur jeter des sphalérites…

 

Le Raminagrobis.

 

P.S. : Si fruition, sphalérite ou encore chatterie vous sont inconnus, c'est que vous n'avez pas lu : Le Mot du Jour avec Môssieur Minou - http://www.slevich.com/tag/le%20mot%20du%20jour/

 

www.slevich.com

 

Rejoignez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/La-Cabale-des-Navets-584732468327236/

 

Ou Twitter : @slevichou

 

Pour ne rien rater du Raminagrobis, abonnez-vous ! En haut, à droite : S'abonner.

 

Tag(s) : #Billets et autres Chatteries du Raminagrobis

Partager cet article

Repost 0