Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Si tu perds la raison par instinct maternel,

Comment le reprocher sans que nul ne me blâme ?

L’aimé-je autant que toi cette chair de ton âme ?

Cette fille incroyable au sourire éternel ?

 

Sous son ombre, je vois que tu sors du tunnel !

À chercher le bonheur que le ventre réclame,

Ton cœur s’était tapi dans notre épithalame ;

La ravir de tes yeux serait trop criminel.

 

Non, je ne pleure pas : ce n’est qu’une poussière

— Tu sais que mon regard souffre de la lumière —

Je ne veux repartir, on s’est tant amusé !

 

Je reviendrai souvent pour te rendre visite,

Avec de beaux cadeaux, enchanter la petite,

Cette enfant que le Ciel t’a toujours refusé.

 

 

Chvéïk, Manuscrits Rejetés par la Mer, recueil sous copyright, tous droits réservés.

 

http://www.slevich.com

 

rejoignez-nous sur facebook : https://www.facebook.com/La-Cabale-des-Navets-584732468327236/?ref=hl

 

ou twitter : @slevichou

 

 

 

 

Tag(s) : #Manuscrits Rejetés par la Mer

Partager cet article

Repost 0