Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(...)

— J’en conclus que gaspiller du temps vous indispose. Encore qu’il ne s’écoule pas à vitesse égale pour vous et pour moi. Mais fi de la physique ; réparons mon impolitesse. Je suis relativement distrait, voyez-vous, frappé d’une manie aussi tenace qu’indésirable, un tic verbal en vérité, l’impulsion de m’étendre sur moi malgré les efforts redoublés sur moi-même pour la juguler. D’ailleurs, je m’égare à nouveau au détriment des corrections les plus élémentaires. Je vous prie d’abord d’excuser cette irruption dans votre vie, une irruption indépendante de ma volition, car j’évite au mieux, je vous le certifie, d’importuner quand j’en entraperçois la possibilité. Vous cherchez quelque chose ?

— Apparemment, nul ne vous poursuit avec une camisole de force… Alors dépêchez-vous de dire ce que vous avez à me dire et prenez congé.

— Vous avez la parole haute d’un professeur émérite ; j’appréciais notablement ce timbre à la fois solennel et retenu lors de ma scolarité. Non, non, attendez, ne refermez pas la porte, je ne souhaite pas ne pas la passer. Cette vilaine manie... Écoutez, dès cet instant, promesse du crépuscule — beaucoup meilleure que celle de l’aube —, j’exclus de mon discours le pronom personnel je afin de vous entretenir de l’objet de cette visite.

— Hâtez-vous alors, prononcé-je presque amadouée par son instruction grammaticale et littéraire, alors que je me réjouissais qu’il la passe, ma porte, surtout après qu’il m’a assimilée à une retraitée au ton de voix trop emphatique.

— Merci. Vous n’ignorez pas la disparition de votre ancien patron, monsieur Claude Piers, lequel n’a pas encore été retrouvé outre la débauche de moyens. Navrant, n’est-ce pas, de constater combien les politiques s’exécutent confrontés aux faillites de particuliers ? Le développement de cette histoire, toutes proportions gardées, caractérise une civilisation aliénée par le sensationnalisme qui, entre autres, assassine en toute impunité des entrepreneurs à l’honneur des caisses de l’État. Papa, une tête forte, avait monté son affaire, Place Cathédrale, une pizzeria halal bio : Aux Anchois de Jade, d’une grâce actuelle insufflée par l’évolution de la population dans les quartiers huppés de la Cité Ardente. Au succès sans concurrence, il avait même songé à en ouvrir un second à Droixhe quand la TVA, l’UCM, les taxes et les contrôles inopinés ont englouti tous les chiffres de son compte en banque et, dans le prolongement, avec l’efficace d’un Dyson, ses nobles aspirations. Ne lui a-t-on pas réclamé une TVA sur les plats offerts aux sans-abris derrière le restaurant ?

— À ce rythme, il est préférable que vous rentriez, l’invité-je, déridée de l’observer s’astreindre à ne pas parler de lui sans y parvenir, quoique complètement désemparée : Pourquoi les dettes de Claude ont-elles été soldées ? Quel est le deuxième terme de la comparaison introduite par proportions gardées ?

J’ai vraiment un cœur d’artichaut. Et puis, ces préambules ont éveillé ma curiosité : Que veut-il donc ? N’est-ce pas une tactique pour me perturber et pénétrer chez moi ? Je maîtrise mon inquiétude ; son incessant monologue m’oblige à me concentrer pour intercepter l’information principale. Entre deux bouffées d’air — heureusement, qu’il respire —, je l’autorise à réutiliser la première personne, car, depuis qu’il s’y refuse, les digressions sont empirées. Il décline, je cite, convaincu de l’efficience de sa méthode.

Dans le séjour, lui dans un des deux fauteuils, moi, sur le canapé, nous odorons soudain un relent familier. Môssieur Minou ! m’exclamé-je : en la présence d’un homme, si le besoin se manifeste, mon amour gratte le carrelage comme un possédé, défèque dessus, loin de son bac, frotte in fine à l’entour, de sa patte droite, couvrant sa crotte de poussière et de cheveux errants. Une réaction systématique qu’aucun vétérinaire n’a réussi à éclaircir.

Je me sers de l’aubaine pour fuir quelque peu le charabia : j’en ai enfin compris la bêtise linguistique. Sans me presser, je nettoie, aère et, avec une prévenance mitigée, propose à boire à cet individu plutôt charmant selon les expressions de son faciès ; — il en profite pour me réclamer une aspirine. S’étourdit-il lui-même à papoter ?

Dommage que son accoutrement célèbre l’inélégance : Timberland ocre noircies par l’usure, jean Lee bleu clair effiloché sur les deux bas, ceinture banale à large boucle ronde insignifiante, col roulé vert anis non estampillé. Évoquerais-je le manteau qui pend dans le vestibule, kaki caramel et bien trop ample ? Au moins, les lunettes en titane, Tag Heuer semble-t-il, n’enlaidissent pas son visage et la Cartier Ballon indique sa tranquillité financière.

 

Fin du Chapitre II 

 

Chantal Lemaître, La Cabale des Navets, texte sous copyright, tous droits réservés.

 

Chapitre suivant : ICI

 

Page précédente : ICI

 

 

http://www.slevich.com

 

rejoignez-nous sur facebook

 

@slevichou

 

La suite du récit en avant-première ? Abonnez-vous ! (en haut, à droite : S'abonner)

 

Tag(s) : #Le Récit

Partager cet article

Repost 0